Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Publié par Sophie R.

Petite scène de la vie ordinaire d'une école : un couloir d'école maternelle, une maîtresse de Petite Section, campée à la porte de sa classe, un livret scolaire en main, une mère s'approche... Et un discours : "Ah ! Enfin, vous voilà ! Je voulais vous montrer où en était votre enfant... Regardez, nous sommes à la Toussaint et il ne connaît pas ses couleurs. Il va falloir que vous travaillez cela avec lui..." J'abaisse le regard et observe pensivement l'enfant en question, pressé contre les jambes de sa mère, puis remonte vers le visage décomposé de la mère.

Autre lieu, autres personnes, et toujours, un couloir, et au fond, la classe de CP. Une maîtresse, toujours avec un livret d'évaluation à la main. Devant elle, une mère, entourée d'enfants en bas âge... "Il ne s'intéresse pas à la lecture. Il faut lui lire des histoires le soir pour lui donner envie de lire".

Procédons à une avance rapide du film, quelques semaines plus tard. La première mère, timide, embarrassée, toujours avec son enfant enserrant ses jambes, m'explique qu'elle venait pour la seconde fois chercher son enfant à l'école (la première fois étant la rentrée)... "Vous comprenez, avec les horaires de travail. Je ne voudrais pas qu'il fasse comme moi, je voudrais qu'il réussisse à l'école" Et de raconter son propre vécu d'élève en échec et le nœud à l'estomac, chaque fois qu'elle franchit le seuil de l'école, et comment elle se sent redevenir l'élève qu'elle a été... Elle ne sait pas comment faire pour aider son enfant... Elle ne sait pas quelles sont les attentes de l'école...

Autre rencontre, avec la deuxième mère, en pleurs, m'expliquant qu'elle ne sait pas lire, qu'elle élève seule ses enfants. Et pourtant, elle voudrait qu'ils réussissent, qu'ils apprennent, eux...

Il ne s'agit pas de faire pleurer dans les chaumières, il ne s'agit pas de juger, de jeter la pierre à qui que ce soit. Les enseignants pensent faire au mieux et sont soumis à la pression des évaluations qu'ils font retomber sur les derniers chaînons... Ils cherchent à aider, à conseiller... parfois de manière maladroite, certes... De l'autre côté, des familles, montrées du doigt et accusées de ne pas mettre en place ce qui est nécessaire à la réussite de leurs enfants, voire de s'en désintéresser... Alors ?

Alors, les élèves sont aussi des enfants puis des jeunes et l'école se trouve à l'interface entre la sphère publique et privée. Difficile de séparer les deux, de gommer la porosité entre tous ces rôles... Et si, au lieu de séparer, on prenait l'enfant dans sa globalité... Une jolie phrase utopique, non ? Mais ce ne sont pas que des mots car, derrière, il est possible d'envisager une synergie des actions de tout l'environnement de l'enfant. Et si on faisait entrer les parents dans l'école...

J'imagine une levée de boucliers, faire entrer les parents dans l'école, comment, chacun son rôle ! Il est évidemment plus confortable d'abstraire l'idée que l'enfant a une vie en dehors de l'école, qu'il pose sa valise de problèmes privés au seuil de l'école, et qu'il est là, disponible pour les apprentissages. Il est plus facile de dire que si ça ne fonctionne pas, c'est la faute de l'enfant qui ne veut pas et des parents qui ne se sentent pas concernés ou qui sont dépassés... Une tranche d'apprenant par ci, une rondelle de membre d'une famille par là...

Comment concilier les deux faces d'une même médaille ? Je suis bien d'accord, chacun doit rester à sa place... Et, dans une grande partie des situations, la place de parents d'élèves est vide... Il existe plus de parents que l'école ne voit pas que de parents qui donnent des leçons aux enseignants... Et parfois, venir contester dans l'école n'est qu'un mécanisme de défense, que la traduction d'une angoisse par rapport à l'avenir de ses enfants...

Alors ? Pourquoi ne pas travailler ensemble ? Pourquoi laisser l'école jouer un rôle de filtre social... J'ai rêvé d'une école...

J'ai rêvé d'une école où les enfants, dès la petite section de maternelle, ne se sentent pas incompétents, parachutés dans une autre dimension dont ils ne comprennent ni la langue, ni les codes...

J'ai rêvé d'une école où chaque élève peut être accompagné dans son parcours scolaire en coopération avec les familles...

J'ai rêvé d'une école où l'on ne juge pas mais où on apprend à s'évaluer et à travailler sur l'évolution des compétences, pour rester dans une dynamique d'apprentissage à sa portée...

J'ai rêvé d'une école où les parents avaient leur place, où on prenait le temps d'expliquer les attentes de l'école, où on leur expliquait les réussites et le chemin à parcourir pour réussir, dans un climat de bienveillance...

J'ai rêvé d'une école bienveillante et co-éducatrice...

Ne généralisons surtout pas... des initiatives isolées existent un peu partout pour atteindre cet idéal. Avec succès de surcroît. Alors ? Qu'attend-on pour se retrousser les manches ?

Je laisserai la conclusion à Isaac Newton : "Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts" et j'ajouterai que ce soit dans le réel ou dans le symbolique...

Ces parents d'élèves que l'on montre du doigt

Commenter cet article

flo 01/08/2013 17:45

mon petit a de la chance sa matraisse travaille avrc nous et surtout mon fils elle veut savoir quel comportement elle doit avoir lui cherche a le comprendre

Sophie 01/08/2013 18:41

Oui vous avez raison, il ne faut pas généraliser et c'est souvent plus de la maladresse quand cela se passe mal qu'autre chose...

Blandine Printemps éducation 25/07/2013 16:11

Merci pour cet article !
Oui parent, enseignants, éducateurs, travaillons ensemble !
C'est l'objectif de notre alliance Printemps de l'éducation
Pour plus d'informations : www.printemps-education.org

Sophie 25/07/2013 16:17

Merci pour le lien !

Laure 22/07/2013 22:31

Bonjour Sophie,
Peut-être savourerez-vous cet article autant que je me suis délectée à lire le vôtre... Visiblement, nous avançons vers le même rêve :-)
http://www.parcoursduloupblanc.com/blog/education-et-enseignement-systeme-archaique/
Laure

Sophie 22/07/2013 22:41

Bonsoir Laure,
Je viens de lire votre article que j'ai lu effectivement avec plaisir avec des préoccupations proches des miennes. Merci pour ce partage !

ROUCOU Jean 22/07/2013 19:38

Extrait de votre topo : "Je suis bien d'accord, chacun doit rester à sa place... " Voili la bonne question ! De quelle(s) place(s) s'agit-il? De celles qui sont octroyées par l'institution avec le semblant de démocratie dite participative du conseil d'école? Le problème est de définir les éléments de construction du dialogue (social ) y compris (et surtout) avec les familles les plus éloignées de l'Ecole. Des situations de co-constructions existent si on veut bien considérer que les familles sont des co-auteurs de l'action publique et qu'il ne suffit pas de dispenser des savoirs mais de les faire partager. Et que vive l'éducation inclusive. Voir dossier "ressources" sur le site www.prisme-asso.org...A +

Sophie 22/07/2013 20:14

Merci pour le lien et le commentaire :-)

Le Cheval à Rayures 19/07/2013 07:12

Même si dans l'ensemble cela s'est plutôt bien passé avec l'école (publique ou privée), même si depuis sa première maternelle je suis déléguée de parents d'élèves.. comme j'adhère à ça, comme je rêve de ça...

Des enseignants et des parents allant dans le même sens pour le bien de l'enfant.
Les uns ne regardant pas les autres (et vice versa) comme des ennemis.
Chacun essayant de faire de son mieux (ou devrait le faire)...

Allez, une nouvelle rentrée s'annonce... On y croit! On fait bouger les lignes pour que ça arrive ?!

Sophie 19/07/2013 09:59

Faire bouger les choses de l'intérieur... est un combat de tous les jours mais cela est nécessaire pour le bien à tous...